Le site du CNLE

> Accueil > Ressources > Bibliothèque des rapports > Rapport de l’IGF sur le microcrédit

Rapport de l’IGF sur le microcrédit

Imprimer cette page

[29 avril 2010] Commandé en août 2009 par la ministre de l’Economie, le rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) sur le microcrédit lui a été remis en décembre 2009 et a été publié en mars 2010. Il permet de faire le point sur le dispositif et met en lumière un certain nombre de faiblesses.

Le microcrédit en quelques chiffres :

  • En 2008, ce sont 13 000 microcrédits professionnels qui ont été attribués, pour un montant de 35 millions d’euros.



  • Le microcrédit personnel représentait, quant à lui, 4 000 opérations en 2008.



  • La demande devrait augmenter puisque le rapport estime le marché potentiel à 100 000 demandes annuelles.

Cinq constatations majeures

- Il n’existe aucune définition légale ou réglementaire du terme "microcrédit".

- Cette activité s’est développée de manière empirique, ce qui est normal mais affecte la lisibilité du dispositif pour les bénéficiaires.

- Le paysage est d’autant plus complexe que chaque acteur vise un modèle économique différent.

- Le "microcrédit personnel" constitue une zone floue, à la lisière des objectifs de la solidarité nationale.

- Ces observations ne doivent, cependant, pas masquer le fait que le secteur du microcrédit, professionnel et personnel, est extrêmement utile, malgré sa faible ampleur.

Quatre propositions

-  Une définition du microcrédit : qui devrait permettre la mise au point d’indicateurs d’activité et d’outils d’évaluation.

- La définition du "microcrédit personnel" ne doit pas se center sur les objets financés mais sur le reste à vivre.

- La lisibilité des dispositifs d’accompagnement et de garantie doit être améliorée pour le bénéficiaire ; il serait en outre pertinent d’assouplir quelque peu les règles concernant les garanties.

- Rechercher une meilleure implication des banques, ce qui serait du reste leur intérêt à moyen terme.

Quatre réponses gouvernementales

En réponse à ce rapport, la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, a déjà annoncé quatre mesures principales dans ce domaine :

- Faciliter le financement des associations de microcrédit.

- Informer le public sur l’effort des banques en la matière.

- Créer un cadre statistique normalisé.

- Renforcer l’efficacité des dispositifs publics d’appui au microcrédit.

* Lire le rapport IGF n° 2009-M-085-03 sur le microcrédit (dirigé par Thierry Bert).