Le site du CNLE

> Accueil > Actualités / Presse > Brèves > Les Activités physiques adaptées : Un nouveau levier d’insertion

Les Activités physiques adaptées : Un nouveau levier d’insertion

Imprimer cette page

[9 juin 2016] Il peut sembler paradoxal de mettre en avant le concept d’Activité physique adaptée (Apa), à la place du sport, lorsque l’on parle d’exclusion sociale. Ce choix sémantique permet de pointer que la proposition d’activités physiques et sportives dans un contexte d’exclusion sociale dépasse la simple pratique d’un sport pour s’attacher à une réflexion pédagogique sur les finalités et les objectifs de cette mise en mouvement. La pratique des Apa est alors perçue comme un support pédagogique qui permet de remobiliser les habilités et les aptitudes, sociales et physiques, de tous.

 Usages des Activités physiques adaptées face aux situations d’exclusion sociale

L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) a participé à donner de la visibilité à plus de 8 millions de personnes en situation d’exclusion sociale via le pilotage d’études relatives à des aspects sociaux, politiques et économiques sur leurs conditions de vie.

Dans ce contexte, l’enjeu de cet article est de montrer les usages possibles des Activités physiques adaptées (Apa) dans les politiques de la ville, afin de lutter contre l’exclusion sociale.

Comprendre pour agir

Bien souvent, sous l’appellation d’« exclusion sociale » sont rassemblées différentes populations hétérogènes (SDF, handicapés, chômeurs de longue durée, mal logés, personnes âgées…). Le risque de ce type de définition est de catégoriser des populations, alors qu’il n’existe pas de groupes sociaux ni de territoires entièrement coupés du reste de la société.

Aussi est-il plus juste de penser l’exclusion sociale du point de vue des facteurs qui en sont à l’origine plutôt que d’une condition figée. En effet, il existe des facteurs de fragilité sociale (faible revenu, chômage, état de santé dégradé ou encore absence de diplôme) dont l’accumulation génère souvent des situations d’exclusion sociale.

L’exclusion sociale se définit alors comme un processus, volontaire ou contraint, de mise à l’écart, de rupture ou de marginalisation de notre société. Cette mise à l’écart se manifeste dans des domaines variés, tels que le travail, le logement, les revenus, la santé ou encore la participation aux activités sociales.

Afin de lutter contre l’exclusion sociale, il faut garder à l’esprit que c’est avant tout un phénomène sociétal. Ce processus est la conséquence de trajectoires de vie individuelles et collectives, et du fonctionnement des institutions économiques et sociales.

Le développement des Activités physiques adaptées s’inscrit dans cette réalité sociale, afin de répondre aux besoins spécifiques des personnes en situation d’exclusion sociale dans une visée préventive, éducative et inclusive.

Agir par les Activités physiques adaptées

L’Activité physique adaptée (Apa) est une discipline universitaire, présente en France depuis plus de 25 ans dans laquelle on forme des Enseignants en Apa (EAPA). Cette profession est définie et encadrée par le Code du sport.
Les activités physiques adaptées sont dispensées à des personnes en difficulté sociale, à des fins de prévention, de réinsertion, d’éducation et/ou de participation sociale (selon la Société française des professionnels en Activité physique adaptée (SFP-Apa), 2010). L’Apa ne se réduit pas à la seule pratique d’activités physiques. En effet, les EAPA utilisent l’activité physique comme un support qui va permettre aux individus de développer des ressources physiques, sociales et psychologiques. En ce sens, la pratique d’Apa n’est pas une finalité en soi, mais un moyen mis en place pour accompagner les personnes et les groupes concernés . L’Apa s’inscrit alors pleinement dans le parcours de vie des individus.

La mise en œuvre des Apa afin de lutter contre des situations d’exclusion sociale se déroule en deux temps :
- Tout d’abord, il est recommandé de mettre en place des ateliers dédiés aux personnes en situation d’exclusion sociale afin de remobiliser leurs aptitudes ou leurs habiletés, de renforcer leurs capacités, et de développer leurs compétences. L’Apa permet d’augmenter l’estime de soi et la confiance afin d’affronter de nouvelles situations de la vie quotidienne.
- Ensuite, il est nécessaire de les orienter vers une association sportive ou de loisir, afin de favoriser et de faciliter l’inclusion des participants et de réduire les frontières sociales. Cette rencontre entre différents groupes sociaux sera à l’origine d’une nouvelle culture commune. L’Apa est alors utilisée comme un outil pour l’accomplissement et l’expression individuels, et comme un facteur de communication, d’affiliation et de lien social.

 Des Activités physiques adaptées aux situations d’exclusion sociale

Impulsées par des associations, des collectivités territoriales ou des fédérations, de nombreuses actions promouvant l’Activité physique adaptée sont aujourd’hui mises en place pour lutter contre l’exclusion sociale.

Par exemple, une action menée par le comité régional Pays de la Loire de Sport pour tous, sur la ville de Nantes, vise l’insertion sociale par les Apa.
Les contraintes urbaines de la métropole freinent l’insertion sociale de certains publics, notamment les personnes en situation de précarité (pas de permis et/ou de véhicule, pas d’abonnement aux transports au commun), ce qui limite leur autonomie et leur mobilité quotidienne. Leur zone de recherche d’emploi est alors très restreinte. Devant ce constat, des séances d’apprentissage du vélo adaptées aux besoins et aux attentes de ces personnes ont été proposées à des associations locales. Les séances ont permis aux participants de développer des compétences spécifiques liées à la pratique urbaine du vélo. Mais elles ont surtout été un espace de rencontre, de partage et de solidarité. De plus, elles ont permis à 40 % des bénéficiaires de l’action de devenir autonomes en vélo, et d’augmenter ainsi leurs opportunités d’embauche en élargissant leur zone de recherche. L’Apa était, ici, au service de l’inclusion par l’emploi de personnes en situation d’exclusion sociale.

« Je suis complètement libre maintenant, je ne serai plus obligé de frauder dans le tram. »
(Participant)

.

L’ensemble des actions visant l’inclusion des personnes en situation d’exclusion sociale exige la mise en place d’une équipe plurielle, articulant différentes compétences spécifiques. L’Apa n’est qu’une partie d’un dispositif d’accompagnement beaucoup plus étendu. L’Apa contribue également à favoriser la participation à l’action politique, mais elle ne peut avoir à elle seule un impact sur les causes institutionnelles et structurelles de l’exclusion sociale.

Article écrit par Charlotte Auché, Lucie Sagot-Duvauroux et Alexandra Vartuaroglu,
Professionnelles en Activités Physiques Adaptées, formées à l’UFR STAPS de Montpellier.

* Références :

- Abric, J.C. (2003). De l’importance des représentations sociales dans les problèmes de l’exclusion sociale. Exclusion sociale, insertion et prévention, ERES, p. 11-19.

- Bilard, B., Ninot, G., Varray, A. (2001). Enseigner et animer les APA aux personnes en situation d’exclusion sociale. Dossier EPS n° 55, Éditions Revue EPS.

* Consulter le dépliant sur les Apa :

FLYER APA (PDF - 433.6 ko)