Le site du CNLE

> Accueil > Travaux du CNLE > Les réunions plénières > Dossier des réunions plénières 2016 > Dossier des réunions plénières 2016 > Dossier de la réunion plénière du 19 mai 2016

Dossier de la réunion plénière du 19 mai 2016

Imprimer cette page

[2 mai 2016]

- Consulter l’ordre du jour :

OJ_CNLE_19_mai_2016-2.pdf (PDF - 104.1 ko)
Documents utiles à la séance

L’invisibilité sociale : présentation du cadre d’étude du rapport 2016 de l’Onpes


- Intervention de Jérôme Vignon, président de l’ONPES

Consulter sur le site de l’Onpes :

  • La Lettre de l’ONPES n°3 d’avril 2016 : "L’invisibilité sociale : perception et expérience des travailleurs sociaux".
  • Le rapport de recherche "Médias et invisibilité sociale : Le rôle des médias dans le processus de visibilité ou d’invisibilité sociale de certains publics" du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (Lerass) de l’Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier.

Support de présentation :

CNLE_-_Presentation_J-_Vignon_Invisibilite_-_19_mai_2016.pdf (PDF - 610.8 ko)

Territorialisation du Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale :


- Intervention d’Aude Muscatelli, Sous-directrice de l’inclusion sociale, de l’insertion et de la lutte contre la pauvreté, DGCS.

L’instruction adressée le 16 juillet 2015 par le Premier ministre aux préfets a fixé l’objectif de renforcer la territorialisation de la gouvernance et du pilotage du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Pour en suivre la mise en œuvre sur l’ensemble du territoire, une synthèse nationale des démarches de territorialisation du plan a donc été élaborée par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), en prenant appui sur les remontées d’informations communiquées par les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) au cours du quatrième trimestre 2015.

  • Consulter la brève sur la territorialisation de la gouvernance du plan contre la pauvreté sur notre site.

Présentation du décret et de l’expérimentation du "Chèque énergie"


- Intervention de Frédérique Delaugerre, cheffe du Bureau des marchés du gaz, Direction de l’énergie.

La loi sur la transition énergétique prévoit la mise en place d’un Chèque énergie à destination des ménages modestes.

Il est actuellement testé dans quatre départements (Ardèche, Aveyron, Côtes d’Armor et Pas-de-Calais) et concernera environ 173 000 ménages.

Remplaçant les tarifs sociaux de l’énergie, il vise à permettre à ses bénéficiaires de régler leurs factures d’énergie (électricité, gaz, fioul…) et/ou d’acquitter une partie du montant des dépenses qu’ils assument pour l’amélioration énergétique de leur logement.
Ce Chèque énergie, versé sous conditions de ressources et dont le montant varie selon la composition et les revenus du foyer, est nominatif et a une durée de validité limitée dans le temps.

Le groupe de travail "Simplification administrative" du CNLE a été consulté, fin 2015, sur le décret d’application du Chèque énergie, et les membres du 8e collège et leurs groupes d’appui locaux ont récemment été consultés sur la lisibilité et l’ergonomie des supports de communication qui sont destinés à l’information des futurs bénéficiaires.

Pour en savoir plus :

  • Consulter le décret d’application du Chèque Énergie.
  • Découvrir la plaquette d’information relative à ce dispositif :
    plaquettechequeenergie.pdf (PDF - 429.7 ko)

    .

  • Télécharger le communiqué de presse du 22 janvier 2016, du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer : "Ségolène Royal lance l’expérimentation du chèque énergie"
    CP - Cheque energie (PDF - 95 ko)
  • Lire l’article du Ministère de l’Environnement,
    de l’Énergie et de la Mer sur le lancement de l’expérimentation du Chèque énergie.

Support de présentation de M. Fabien Cayla :

190516_presentation_cheque_energie_CNLE.pdf (PDF - 906.7 ko)

Présentation de « Renault Mobiliz », un programme d’entrepreneuriat social destiné à lever les obstacles de mobilité des personnes en situation de précarité


- François Rouvier, Directeur du programme Mobiliz
- Gilles Serré, Chef de projet Garages Solidaires

Renaud Mobiliz est un programme d’entrepreneuriat social destiné à lever les obstacles de mobilité liés à l’accès à l’emploi des personnes en situation de précarité. En effet, selon Renault, une personne sur deux a déjà refusé un emploi ou une formation pour des problèmes de mobilité et 59 % des employeurs ont déjà rencontré un candidat refusant le poste proposé pour des questions de mobilité.

Le programme, initié en 2012, se décline en 3 volets :

  • proposer aux bénéficiaires du programme une offre de produits et services à prix coûtant dans le réseau Garages Renault Solidaires, comptant aujourd’hui près de 300 garages répartis sur l’ensemble du territoire. Les bénéficiaires sont identifiés et adressés par des prescripteurs sociaux (les conseilleurs Pôle emploi par exemple). Ils bénéficient d’offres d’entretien ou de réparation à prix très préférentiels avec une même qualité de service que tout autre client. Certains Garages Renault Solidaires offrent aussi des véhicules d’occasion, révisés et garantis, pour des prix se situant autour de 3 000€ ;
  • financer des entreprises proposant des solutions de mobilité innovantes pour les personnes en situation d’exclusion au travers de la société d’investissement Mobiliz Invest s.a.s. . Depuis mi-mars 2014 une offre de microcrédit personnel est testée par la société RCI Banque (filiale du Groupe Renault) en partenariat avec la Caisse des Dépôts, pour financer l’acquisition d’un véhicule d’occasion ou la remise en état d’un véhicule ;
  • mise en place d’un parrainage de la Chaire Entreprise & Pauvreté d’HEC et collaboration à l’Action Tank Entreprise et Pauvreté.

Pour en savoir plus :

  • Consulter la brochure sur le site du programme Renault Mobiliz.

Support de présentation de MM. François Rouvier et Gilles Serré :

PresentationRanaultMobilizCNLE1905.pdf (PDF - 951 ko)