Le site du CNLE

> Accueil > Actualités / Presse > Brèves > Accès aux soins et à la santé : l’action des CCAS

Accès aux soins et à la santé : l’action des CCAS

Imprimer cette page

[17 septembre 2014] L’Union nationale des centres communaux d’action sociale (UNCCAS) est composée d’un réseau de 4 000 CCAS et CIAS présents dans 6 500 communes en France et dont l’action touche 70 % de la population. Elle publie, avec le Fonds CMU, une enquête qui met en évidence le rôle joué par ses adhérents en matière de prévention et d’accès aux soins de santé pour les ménages les plus démunis.

Au cours des dernières années, un nombre important de personnes a vu chuter la qualité de son accès aux soins et à la santé, en raison d’obstacles financiers, culturels ou bien géographiques. En effet, si, avec la mise en place de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), les taux de renoncement aux soins avaient diminué, ils connaissent maintenant une nouvelle hausse qui va de pair avec l’intensification de la pauvreté. Les ménages dont les ressources se situent juste au-dessus des barèmes d’attribution des dispositifs légaux d’accès aux soins renoncent de plus en plus à une complémentaire santé, voire aux soins.

Pour mieux cerner les réponses à ces constats inquiétants, l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (UNCCAS) a souhaité mener une enquête avec le Fonds CMU auprès des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (CCAS et CIAS).

L’objectif de cette enquête est d’identifier le profil des personnes aidées ainsi que les grands leviers d’intervention des CCAS, à savoir les aides financières, les actions relevant de l’accès aux droits, dont la lutte qu’ils mènent contre le renoncement aux soins et le non-recours, qui touchent 20 % des bénéficiaires potentiels de la CMU-C.

Ainsi, l’enquête, à partir des réponses de cinq cents adhérents de l’UNCCAS à un questionnaire qui leur a été adressé, révèle que 60 % des CCAS engagés dans la santé octroient des aides financières aux plus modestes, pour une somme totale de trois millions d’euros en 2013. Ces aides servent en majorité à l’équipement en petits appareillages (prothèses auditives, lunettes, orthodontie) et à l’acquisition d’une complémentaire santé. La majorité des personnes qui reçoivent ces aides sont des femmes, dont 42 % sont retraitées. La moitié des demandeurs ont des ressources mensuelles situées entre 500 et 1 000 euros, et un quart d’entre eux n’ont aucune complémentaire santé.

Parmi les centres communaux interrogés, 80 % aident les personnes à accéder à leurs droits. Cela passe par un travail d’information, d’aide à la constitution de dossier pour accéder à un dispositif légal, d’orientation des personnes, etc. 15 % des CCAS ont été confrontés à des signalements de refus de soins opposés à des bénéficiaires de CMU-C ou d’Aide médicale d’État (AME). Ils assurent de ce fait un rôle accru de prévention et de coordination des partenariats entre les différents acteurs de santé locaux.

.

Consulter les résultats de l’enquête :

Accès aux soins et à la santé : l’action des CCAS.