Le site du CNLE

Le site du CNLE

> Accueil > Travaux du CNLE > Les réunions plénières > Dossier des réunions plénières 2017 > Dossier de la réunion plénière du 20 avril 2017

Dossier de la réunion plénière du 20 avril 2017

Imprimer cette page

[3 avril 2017]

RÉUNION SPÉCIALE CONSACRÉE À LA JEUNESSE

Consulter l’ordre du jour :
OJ_CNLE_20_avril_2017.pdf (PDF - 32.9 ko)
Documents utiles à la séance

Présentation du rapport intermédiaire de la Garantie jeunes

  • Intervention de Jérôme GAUTIÉ, président du comité scientifique en charge de l’évaluation de la Garantie jeunes, professeur d’économie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST) de Paris 1

Le Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, adopté lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions du 21 janvier 2013, a créé un dispositif expérimental destiné aux jeunes ni en emploi, ni en formation et en situation de grande précarité sociale, la Garantie Jeunes, dont la mise en œuvre a été confiée aux missions locales.

Ce dispositif offre à ses bénéficiaires un accompagnement renforcé, assorti d’une garantie de revenu venant en soutien de cet accompagnement. Il se veut innovant selon plusieurs dimensions (accompagnement collectif, priorité aux mises en situation professionnelle, médiation active aussi tournée vers les entreprises…).

Rapport de mission confiée à Célia Vérot , conseillère d’État et Antoine Dulin, vice-président du Conseil économique, social et environnemental « Arrêtons de les mettre dans des cases ! pour un choc de simplification en faveur de la jeunesse »

  • Intervention de Clément CAMBON, Thibault GAMA et Marjolaine MINOT, Mission programme de simplification du secrétariat général à la modernisation de l’action publique (SGMAP)

En mai 2016, à l’issue des concertations avec les organisations de jeunesse, le Premier ministre confiait à Mme Célia Verot, conseillère d’Etat et M. Antoine Dulin, vice-président du Conseil économique, social et environnemental, une mission sur les simplifications des politiques de jeunesse, afin d’identifier les complexités et les solutions de simplification associées aux différentes étapes de la vie des 16-30 ans. Les rapporteurs ont rencontré, en plus des administrations concernées, un grand nombre d’opérateurs des collectivités territoriales, d’autorités indépendantes, d’acteurs associatifs, de personnalités qualifiées et ont reçu des contributions écrites de la plupart des acteurs des politiques de jeunesse. Quatre objectifs ont été identifiés : concevoir des démarches administratives simples pour les jeunes ; créer les conditions de l’autonomie en limitant les barrières d’âge et de statut ; mettre en oeuvre une gouvernance rénovée et une coordination effective des acteurs de la jeunesse ; apporter une attention particulière à l’autonomie des jeunes protégés.

Présentation du livre « prendre le parti des jeunes »

  • Intervention de Nicolas TRUELLE, directeur général d’Apprentis d’Auteuil

Apprentis d’Auteuil est une fondation catholique, reconnue d’utilité publique depuis 1929, qui accompagne plus de 30 000 jeunes et familles fragilisés. Elle soutient les jeunes en difficulté à travers des programmes d’accueil, d’éducation, de formation et d’insertion en France et à l’international pour leur permettre de devenir des adultes libres et épanouis de demain. Convaincu que c’est grâce à un accompagnement personnalisé qui tienne compte des besoins de l’individu que ce dernier peut s’épanouir, Apprentis d’Auteuil construit avec chacun le projet qui lui permettra de trouver sa place dans la société. À l’occasion de son 150e anniversaire en 2016, Apprentis d’Auteuil a voulu donner la parole aux jeunes. L’objectif était d’évoquer soit les thèmes qui les concernent directement (la scolarité, la famille, l’emploi…), soit les sujets de société qui les interpellent (la politique, la solidarité…). À partir des échanges que les jeunes ont pu entretenir, vingt propositions à l’attention du monde politique et associatif ont été formulées.

Les EPIDE « Établissement pour l’insertion dans l’emploi »

  • Intervention de Nathalie HANET, directrice générale

L’Établissement pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE) est un établissement public ayant pour mission d’assurer l’insertion sociale et professionnelle de jeunes en difficulté sociale, sans qualification ni emploi, grâce à un parcours adapté et individualisé. Reposant sur le principe du volontariat, le dispositif accueille et héberge des jeunes motivés et désireux de rompre avec la fatalité de l’échec, les aide à retrouver leur place dans la société en favorisant leur entrée dans la vie active et en leur permettant notamment d’acquérir les comportements sociaux de base nécessaires pour vivre au sein d’une communauté de travail.

L’engagement des entreprises pour lutter contre toutes les formes d’exclusion, de discriminations et de pauvreté

  • Intervention de Judicaël BENET, responsable de l’animation nationale du Réseau Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE)

Créée en 1993 à l’initiative de 13 grands groupes français réunis par Martine Aubry, ex-directrice adjointe du groupe Pechiney, FACE est reconnue d’utilité publique en 1994 et Fondation abritante en 2013. Elle œuvre en faveur de l’engagement social et sociétal des entreprises pour lutter contre toutes les formes d’exclusion, de discriminations et de pauvreté par une approche globale et innovante de la Responsabilité Sociale/Sociétale des Entreprises (RSE). Organisée en Réseau, FACE rassemble plus de 5400 entreprises de toutes tailles et travaille en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes concernées par sa mission d’utilité publique (institutions, associations, personnalités qualifiées, chercheurs, etc.).

En complément du dossier :