Le site du CNLE

> Accueil > Travaux du CNLE > Les avis du CNLE > Avis 2012 > 23 octobre 2012 : Contribution du CNLE aux groupes de travail de la Conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale

23 octobre 2012 : Contribution du CNLE aux groupes de travail de la Conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale

Imprimer cette page

[23 octobre 2012] Cette contribution est une synthèse des avis et des rapports produits par le CNLE entre 2010 et 2012. Elle reprend ses propositions et ses recommandations principales, mettant en relief les mesures qu’il propose au Gouvernement d’examiner lors de l’élaboration du prochain Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Il s’agit d’un document de travail sur lequel pourront s’appuyer les membres du CNLE impliqués dans les groupes de travail thématiques de préparation de la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale qui se tiendra les 10 et 11 décembre 2012.

Préambule

La tendance à la hausse des indicateurs de pauvreté incite les membres du CNLE à porter la plus grande attention à la préservation des différents piliers du système de protection sociale, pour garantir sa capacité à protéger les populations qui sont les plus exposées au risque de basculement dans la précarité et à venir en aide aux populations les plus pauvres. Le CNLE plaide pour des moyens convenables d’existence pour tous, droit établi par la Constitution française.

Ces temps de crise et d’horizons incertains doivent affermir l’ambition collective de notre société de renforcer sa cohésion sociale en luttant contre la pauvreté, l’exclusion et les discriminations. Le CNLE en appelle à la détermination politique et souligne que, pour atteindre de tels objectifs, il faudra se doter d’une stratégie d’ensemble. Le plan interministériel pluriannuel, qui sera annoncé à l’issue de la Conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, va engager la responsabilité du Gouvernement, au niveau national comme au niveau européen.

Le CNLE insiste également sur la nécessité d’un investissement significatif et efficient dans la prévention des difficultés socio-économiques des personnes vulnérables. La lutte contre l’exclusion ne se conçoit pas sans cette double orientation préventive et curative.

Enfin, le CNLE demande qu’une forte mobilisation soit engagée contre la notion persistante d’assistanat que l’on trouve encore trop souvent dans les représentations à l’égard des politiques sociales et contre la stigmatisation des publics à qui elles s’adressent. La lutte contre la pauvreté, l’exclusion et les inégalités doit être considérée comme une forme de responsabilité nationale et de solidarité de l’ensemble de la société envers ses membres les plus fragiles.

Ce plan devra être le moteur d’un programme d’action global et multipartenarial mais, pour assurer le suivi de cette stratégie, une simple liste incantatoire de mesures et d’objectifs chiffrés ne suffira pas. Le CNLE réclame un réel suivi et une véritable évaluation des politiques publiques afin de mesurer les progrès et les efforts qu’il reste à faire dans les différents domaines concourant à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion .

La contribution du CNLE est organisée selon les thématiques des sept groupes préparatoires à la Conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

- Lire la contribution du CNLE aux groupes de travail :

Avis du 23 octobre 2012 (PDF - 676.2 ko)